Le point sur nutrition et cancers avec Thierry Philip

Le point sur nutrition et cancers avec Thierry Philip


Je m’appelle Thierry Philip, je suis professeur de cancérologie. J’ai dirigé le centre Léon Bérard pendant 20 ans et, en 2009, j’ai créé avec Béatrice Fervers un département qui s’appelle Cancer et environnement, économie de la santé, où on travaille sur la relation entre le cancer et l’environnement. Il faut d’abord définir ce qu’est la nutrition : tout le monde la confond avec l’alimentation. L’alimentation est un des chapitres de la nutrition. Figurez-vous que l’activité physique, ça fait partie de la nutrition. C’est donc un sujet plus vaste qu’on pourrait l’imaginer au départ. Oui, ce qu’on mange a une relation directe avec la façon dont on va vivre et a façon dont on va probablement mourir. Il y a la question des lipides et de la viande, la question des fruits et des légumes, la question de l’alcool, la question de l’activité physique : ce sont les questions fondamentales. Pour les lipides : il vaut mieux ne pas manger de la viande rouge trop souvent, parce que c’est démontré qu’il y a une relation avec le cancer du côlon, et il est possible qu’il y ait des relations avec d’autres cancers. L’alcool : tout le monde sait que cela peut provoquer des cancers de la gorge (cancers ORL), surtout associés au tabac. L’alcool est donc un produit dont on a démontré qu’il est responsable d’un certain nombre de cancers. Ensuite, les fruits et légumes : vous savez qu’il y a des recommandations qui disent qu’il faut en manger au moins 5 différents par jour. Ces recommandations ont été discutées, mais aujourd’hui on ne peut que recommander de manger des fruits et légumes, plutôt que de consommer de l’alcool et de la viande. L’activité physique : c’est une véritable révolution. Il est démontré que si on fait de l’activité physique (il ne s’agit pas d’être un champion olympique) ; il s’agit de faire, trois fois par semaine, une demi-heure de sport de façon relativement intensive. A partir de là, vous diminuez de façon significative votre risque de cancer. Si vous avez un cancer (c’est démontré pour le cancer du sein et en train de l’être pour d’autres cancers) : si vous avez un cancer et que, pendant la chimiothérapie, vous faites une activité sportive, à Lyon on fait de la marche nordique, c’est un sport doux, mais un sport quand même, on augmente la survie. C’est-à-dire qu’une femme qui va faire du sport vivra mieux, plus en survie, que celle qui n’en fait pas.

Daniel Yohans

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *